Charade – Laurent Loison

charadeAuteur : Laurent Loison
Éditeur : France Loisirs
Collection : Nouvelles Plumes
Parution : 2015
Pages : 432
Genre : Thriller, Policier.

« Le cadavre d’une jeune femme est retrouvé, le visage encore marqué par la douleur de la torture qu’elle a subie. Dans une enveloppe abandonnée sur l’atroce scène de crime, une simple phrase : « Les premiers seront les derniers. » Bientôt ce sont d’autres victimes, d’autres messages … Et un mystère qui reste entier. Pour arrêter ce jeu sordide, le 36 quai des Orfèvres a missionné le commissaire Florent Bargamont. Le brillant mais glacial enquêteur fait équipe pour la première fois avec une jeune et enthousiaste criminologue, Emmanuelle de Quézac. Malgré les rivalités qui font rage au sein du 36, le duo d’enquêteurs se lance à corps perdu à la poursuite de ce tueur en série aussi terrifiant qu’inhumain. »

Mon avis : 

Comme je te l’ai déjà dit, je n’ai pas de préférence concernant les genres littéraires qui peuvent croiser mon chemin et je te le démontre encore une fois par cette nouvelle chronique. J’inaugure sur le blog la première lecture policière et ce ne sera pas la dernière ! Je ne connaissais pas du tout ce roman et remercie donc vivement Laurent Loison qui m’a donné la chance de découvrir sa plume. Quand j’ai su que le style se rapprochait de celui de Maxime Chattam, ça m’a tout de suite donné envie. Et, fidèle à mes habitudes, j’ai préféré ne pas prendre connaissance du résumé pour garder le suspense jusqu’au bout !

Alors, qu’en est-il ? Pour un premier roman, je trouve que Laurent Loison a effectué un réel coup de maître concernant le scénario de son histoire. Le tueur est réellement tordu, genre … vraiment, vraiment tordu ! Moi qui suis habituée à lire pendant que je prends mon petit-déjeuner, avec « Charade » il vaut mieux oublier. L’auteur emmène le lecteur dans un embrouillamini d’indices, de révélations, de bouleversements et je me suis souvent demandée s’il allait réussir à s’en sortir… Et oui !

Si le scénario est au top, j’ai été un peu gênée sur le début de ma lecture concernant le style de l’écrivain. Parfois, je trouve que certains mots qui sont employés n’ont pas lieu d’être. Comme si, pour un premier roman, il fallait se justifier et utiliser de beaux mots pour … « faire bien » ? Après, ce n’est que mon avis et je ne l’ai pas relevé sur tout le reste de ma lecture. Donc, pas d’inquiétude majeure sur ce point.

Enfin, ce qui m’a certainement le plus emballée dans cette histoire, ce sont toutes les réflexions d’apparence secondaires mais qui se révèlent être plutôt importante vis-à-vis de notre société. Un exemple ? Le métier de policier amène parfois à se retrouver face à de véritables horreurs, à des monstres plutôt qu’à des hommes. Souvent, leur situation n’est pas à envier. Pour autant, il faut bien que quelqu’un fasse ce métier non ? Comment les policiers et autres arrivent-ils à vivre avec le poids de ces meurtres ? Ces derniers ont-ils un risquer d’influer sur leur comportement ? Voilà, cet article se termine un peu sur quelques questions à débattre mais c’est également ce que j’aime dans un livre : qu’il me fasse réfléchir et que je prolonge le plaisir plus longtemps en y pensant dans les jours ou les semaines qui suivent. Ah et aucun spoiler mais dans le même genre, l’épilogue est une sacrée petite bombe

Note : 4/5

Des bisous !

Publicités

Les étoiles de Noss Head (Vertige) – Sophie Jomain

Vertige-9782290082140-30Auteur : Sophie Jomain
Éditeur : J’ai lu
Collection : J’ai lu Jeunesse
Parution : 2014
Pages : 347
Genre : Jeunesse, Fantastique.

 » Hannah, bientôt dix-huit ans, était loin d’imaginer que sa vie prendrait un tel tournant. Ses vacances tant redoutées à Wick vont se transformer en véritable conte de fées, puis en cauchemar… Tout va changer, brutalement. Elle devra affronter l’inimaginable, car les légendes ne sont pas toujours ce qu’on croit. Leith, ce beau brun ténébreux, mystérieux, ne s’attendait pas non plus à Hannah. Il tombe de haut, l’esprit a choisi : c’est elle, son âme sœur. Pourra-t-il lui cacher ses sentiments encore longtemps ? Osera-t-il lui avouer qu’il n’est pas tout à fait humain ? Il le devra, elle est en danger et il lui a juré de la protéger, toujours… « 

Mon avis :

Suite à l’engouement général provoqué par ce livre sur les réseaux sociaux, je me suis dit que ce serait vraiment bête de ne pas le lire. Mais je t’avoue quand même que, dès le début, j’étais un rebutée par le synopsis : une histoire d’amour, des êtres surnaturels, un grand danger qui menace l’héroïne … hum, je sais pas toi mais moi ça me rappelle les livres que je lisais pendant mon adolescence. Comme je ne voulais pas trop me mouiller, j’ai donc préféré l’acheter en e-book (même si l’objet-livre est sublime et qu’il aurait bien rendu dans ma bibliothèque) !

Alors, qu’en est-il ?  Je pense que ce livre devrait vraiment être classé au rayon « Jeunesse » et que le charme pourrait alors totalement fonctionner sur un(e) adolescent(e) qui n’a pas connu « Twilight ». Je sais, je sais, désolée Sophie Jomain, ce doit être lassant de toujours voir-lire-entendre la même remarque mais la comparaison est tellement évidente ! Hannah et Bella pourraient être une seule et même personne tellement elles se ressemblent. Même chose concernant Leith-Jacob-Edward, les beaux gosses du roman à l’esprit un peu torturé.

D’ailleurs, on reproche souvent à la saga « Twilight » d’être gnangnan mais là, c’est le pompon ! Au début de ma lecture, je surlignais les passages qui me faisaient lever les yeux au ciel mais j’ai finalement laissé tomber, trop de dialogues et passages m’ont semblé peu crédibles et vraiment clichés.

Concernant l’intrigue, elle donne l’impression au lecteur d’être un génie de l’anticipation tant elle se devine facilement. Le suspense est quasi inexistant et c’est ce que je trouve le plus décevant dans ce roman.

Points positifs : « Les étoiles de Noss Head » se lit très bien et assez rapidement car le style de Sophie Jomain se révèle être fluide et agréable. Aussi, suite à cette lecture, j’ai une envie folle d’aller en Ecosse cet été pour découvrir la ville de Wick et ses environs. Je suis déjà assez fan à la base de ce pays mais les quelques descriptions de l’auteur m’ont encore plus donné envie de le découvrir !

En bref, je suis assez mitigée pour ce premier tome mais je pense que je me laisserai tenter (toujours en version e-book) pour la suite de la saga. J’ai envie de croire à des renversements de situation incroyables et à une nette amélioration chez les personnages. Je te tiendrai au courant dans tous les cas, petit Internaute.

Note : 2,5/5

Et toi alors, as-tu lu cette saga ? Qu’en as-tu pensé ? Je suis curieuse de connaitre ton avis ! Des bisous !

 

Les secrets d’une femme au foyer (pas) désespérée – Jenny Eclair

51EnrR38JAL._SX301_BO1,204,203,200_Auteur : Jenny Eclair
Éditeur : France Loisirs
Collection : Piment
Parution : 2007
Pages : 479
Genre : Humoristique, Chick-lit.

 » Prenez un chef de pub de quarante ans, Guy. Faites-le mariner avec sa femme Alice, jambes poilues et libido en berne, et ses deux enfants. Ajoutez une pincée de pin-up, beaucoup plus jeune, beaucoup mieux roulée et laissez reposer un peu. Puis projetez d’ennuyeuses vacances en famille. Guy considérera que ce sont les dernières et Alice, que c’est là l’occasion rêvée de concevoir un nouveau bébé. Laissez cuire huit jours à vif et vous obtiendrez un plat unique… C’est prêt. Bon appétit ! « 

Mon avis : 

On passe du tout au tout concernant cette lecture puisqu’après le genre historique et, on ne peut plus sérieux de Jacques Bainville, ce livre est un pur produit de chick-lit ! Il fait d’ailleurs également parti des rescapés de la poubelle résidentielle. Et je t’avoue que si je ne l’avais pas trouvé dans ce contexte, je ne l’aurais sans doute jamais lu. Pourquoi ? Parce que la chick-lit, ce n’est pas vraiment mon truc… Alors oui, j’en ai beaucoup lu quand j’avais environ 15 ans et j’appréciai énormément ce genre littéraire mais je crois aussi que c’est ce qui m’en a dégoûté. Trop de chick-lit, tue la chick-lit. Trouver ce livre gratuitement a donc été l’occasion de lui laisser sa chance face à la lectrice implacable que je suis.

Alors, qu’en est-il ? Déjà, je suis bien contente de ne JAMAIS lire les résumés parce que je le trouve vraiment mauvais ! Pourquoi le faire façon « recette de cuisine », ça fait ringard je trouve ! Aussi, il n’évoque qu’une seule famille alors que le lecteur se retrouve face à une tripotée de personnages. D’une façon un peu plus claire, nous suivons donc deux familles principales : les Jamieson et les Dobson qui, à elles deux, sont de véritables drames conjugaux. Couples divorcés ou au bord du gouffre, femmes en pleine crise de la quarantaine et maris souffrant d’un trop plein de testostérones … ça peut te donner une idée de ce que le livre propose.

Honnêtement, j’ai ri et ça ne m’arrive que très rarement pendant une lecture -je parle ici du rire que tu ne contrôles vraiment pas-. Et qu’est-ce que ça fait du bien !  Oui, le scénario n’est pas dingue et les personnages sont parfois dignes d’être des représentants de l’émission « Tellement vrai ! » mais c’est le but de la chick-lit non ? Le langage choisi par l’auteur est cru, la fin m’a étonné et je trouve que certains rebondissements ajoutent un réel « plus » à l’histoire. Donc si tu as, toi aussi, l’occasion de donner sa chance à ce livre au détour d’une brocante ou dans ta poubelle de résidence, n’hésite pas un instant. C’est agréable parfois de lire sans se prendre la tête.

Note : 3/5

Des bisous !

Tag PKJ – Les choix impossibles

tumblr_mqgduaj8yI1rufl3do1_500

Salut toi ! Entre deux lectures je te retrouve pour mon tout premier tag mis en ligne sur le blog. Inutile -je pense- de te présenter les tag/test des éditions Pocket Jeunesse qui sont généralement des défis ou questions impossibles proposés aux bibliophiles. Pour celui-ci, ce ne sont pas moins de 15 questions tordues auxquelles la maison d’édition nous propose de répondre. Je me suis prêtée au jeu et voici donc sans plus attendre mes réponses à ces 15 nouveaux dilemmes !

1 – Ne lire qu’un chapitre par jour OU lire un seul livre par mois en 3 jours.

Bon, déjà, j’ai du relire le dilemme plusieurs fois pour être sure de le comprendre. Je pense que je préfère ne lire qu’un chapitre par jour. Ce serait dur de me restreindre mais au moins j’aurais le plaisir de pouvoir lire chaque jour, alors qu’avec un livre par mois en 3 jours je devrais me contenter de faire des sudokus en attendant le mois suivant… et ça ne me semble pas du tout être une bonne option puisque je suis vraiment mauvaise à ce « loisir » !

2 – Ne jamais pouvoir relire aucun livre OU être obligé de relire un livre que vous avez détesté. 

Ah, ça se complique… Mais après mûre réflexion, je préfère ne jamais pouvoir relire aucun livre. C’est quelque chose qui m’arrive très rarement finalement, à part pour la saga des « Harry Potter » qui, elle, a le droit à un traitement de faveur. Et si je ressentais l’envie d’une relecture concernant un livre que je n’aurais pas bien compris en première lecture, je trouverais un cobaye pour le faire à ma place et avoir un petit résumé haha ! Franchement, relire un livre qu’on a détesté c’est une sacré torture !

3 – Devoir se séparer de 15 livres de sa bibliothèque OU devoir prêter ses livres. 

Alors là, c’est « facile » ! Je préfère LARGEMENT devoir prêter mes livres même si c’est quelque chose que j’ai horreur de faire. Ceci dit, je pense que je ferai passer un « entretien d’embauche au prêt » au receveur, je ne veux pas me retrouver avec des livres abîmés au retour, la maniaque que je suis ne le supporterait pas. Mes livres sont trop précieux pour que je veuille m’en débarrasser.

4 – Le héros/l’héroïne est mal choisi dans une adaptation cinématographique OU son amoureux/se est mal choisi. 

A vrai dire, ce n’est pas quelque chose qui m’importe énormément puisque je pars du principe que je serai forcément déçue concernant une adaptation cinématographique. Après, c’est sûr que je préfère que ce soit l’amoureux/se qui soit mal choisi parce que je me vois mal assister à un film entier où le personnage principal ne serait qu’une mauvaise interprétation/représentation de celui d’origine. C’est quand même lui que tu risques de devoir supporter pendant minimum 1h30 de film !

5 – Lire uniquement de la romance pendant 1 mois OU lire uniquement de la fantasy pendant 1 mois.  

De la fantasy s’il vous plaît ! Ce n’est pas vraiment un de mes genres de prédilection mais 1 mois de bisous et compagnie, je risquerai de frôler le burn-out amoureux. Avec la fantasy, on peut au moins s’attendre à des scénarios, des mondes et des actions qui diffèrent.

6 – Ne pas voir la couverture d’un livre avant de le commencer OU ne pas lire la 4ème de couverture avant de le commencer.

Tu vas peut-être me prendre pour une folle mais je ne lis JAMAIS les 4ème de couverture, j’ai bien trop peur de perdre le plaisir de la découverte. Généralement, je me fie donc à la couverture (femme frivole que je suis) et, plus simplement, au nom de l’auteur si je le connais. Je n’ai que rarement été déçue malgré cette méthode plus que déroutante.

7 – Votre meilleur ami déteste votre livre préféré OU votre meilleur ami refuse de lire votre livre préféré. 

Je suis plutôt compréhensive concernant les goûts et les couleurs de chaque personne donc si mon meilleur ami détestait mon livre préféré… je pense que je pourrais l’accepter. Par contre, cela me frustrerait énormément qu’il ne veuille pas le lire !  C’est bien moins pardonnable à mes yeux !

8 – Adorer un livre que tout le monde déteste OU détester un livre que tout le monde adore. 

Eh bien, ça rejoint un peu la question précédente finalement. J’estime que mes lectures sont avant tout personnelles et je me fiche pas mal que mon avis n’aille pas dans le sens des autres. Après, je préfère détester un livre que tout le monde adore. Ça ne m’est jamais arrivé pour le moment mais je ne me vois pas me forcer à aimer un livre que j’ai trouvé mauvais juste pour aller dans le sens de la tendance générale.

9 – Eleanor & Park OU Aristote & Dante. (Si vous n’avez lu aucun de ces deux livres, qu’attendez-vous?!?).

Voilà, voilà… La colle totale puisque je n’ai lu aucun des deux livres et crois-moi, je m’en veux ! Je me dépêche donc de les lire et je ferai certainement un edit pour répondre au dilemme.

10 – Un livre avec un roadtrip OU un livre avec du voyage dans le temps. 

C’est un peu biaisé comme question… même si les deux me plaisent. Mais bon, en bonne historienne que je suis, les voyages dans le temps me bottent bien plus que les roadtrips. Et puis, soyons francs, les roadtrips j’ai l’occasion de vraiment les vivre alors que la machine à voyager dans le temps, elle, elle n’existe pas encore.

11 – Voir l’adaptation d’un roman avant de lire le livre OU lire le roman mais ne jamais voir le film. 

Vu les adaptations de certains films, je préfère GRANDEMENT lire un roman mais ne jamais voir le film !  Et puis, ça ne me manque pas spécialement. Je trouve ça plus poétique d’imaginer son propre film -ses propres personnages, ses propres paysages…- et de le garder pour soi en se disant que, pour quelqu’un d’autre, ce ne sera certainement pas le même.

12 – Devoir sortir du Labyrinthe OU devoir s’échapper de Nil. 

Olala, je vais me faire lyncher dès mes premiers articles moi… Je n’ai lu aucun des deux même si j’ai vu les adaptations cinématographiques du Labyrinthe. Je ne pourrai donc pas répondre à ce dilemme.

13 – Rencontrer un auteur que vous ne connaissez pas et pouvoir échanger OU voir votre auteur préféré 5 secondes et avoir juste votre livre signé. 

Contre toute attente -et je m’étonne moi-même-, je choisirai la première option. Ce serait l’occasion de découvrir un nouvel auteur, une nouvelle plume et je pense que je serai bien moins gênée devant quelqu’un que je ne connais pas. Au contraire, je serai totalement intimidée devant mes auteurs favoris et je suis sûre que je ne serai pas capable de sortir un seul mot, donc bon ! Plutôt qu’un moment privilégié digne d’un film muet, l’échange avec l’auteur « inconnu » me semble plus prolifique !

14 – Un livre qui finit bien OU un livre qui finit mal. 

Ah, il faut de tout pour faire un monde mais… est-ce que je passe pour une sadique si je préfère les livres qui finissent mal ?

15 – Conseiller un livre que vous n’aimez pas à quelqu’un en étant quasiment sûr qu’il va aimer OU conseiller un livre que vous adorez en étant quasiment sûr qu’il ne va pas aimer. 

Option numéro deux ! Si le livre me plaît, je tenterais de toute les façons possibles et imaginables de convaincre la personne. Et puis mince, il faut être optimiste dans la vie !


Voilà petit Internaute, tu en sais désormais plus sur mes habitudes littéraires et mes réactions face à des choix -parfois- cornéliens. N’hésite pas à me dire si ce genre d’article te plaît et SURTOUT dis moi en commentaire ce que TOI, tu aurais répondu ! Ça m’intrigue beaucoup !

Des bisous.

(Oh, j’oubliais, ne m’en veux pas trop concernant mes lacunes littéraires. Je me rattrape vite, c’est promis).

Histoire de France – Jacques Bainville

71k0lblKHgL 

Auteur : Jacques Bainville                                                           Editeur : Texto                                                                                 Collection : –                                                                                   Parution : Mars 2007                                                                   Pages : 567                                                                                   Genre : Historique

 » Quand il était au collège, Jacques Bainville n’aimait pas l’histoire. Que discerner dans ce tissu de drames sans suite, cette mêlée, ce chaos ? Lui voulait savoir « pourquoi les peuples faisaient des guerres et des révolutions, pourquoi les hommes se battaient, se tuaient, se réconciliaient ». Déjà célèbre pour son intelligence des relations internationales, il se plongea deux ans dans l’écriture d’une Histoire de France qui paraîtrait en 1924 et serait un immense succès de librairie : 160 000 exemplaires tirés avant 1940. Ce grand ouvrage embrasse d’un seul regard, où l’élégance du style le dispute à la hauteur de l’analyse, le destin de la nation française de la Gaule Romaine au premier après-guerre. Livre de chevet d’une génération, il est de ceux où l’intelligence, au-delà des partis pris politiques, vient sans cesse éclairer « l’inerte matière historique ». « 

Mon avis :  

Ce livre a une drôle d’histoire puisque je l’ai trouvé dans les locaux poubelles de ma résidence (oui, tu as bien lu et oui, je suis d’accord avec toi, c’est n’importe quoi de jeter un livre). Après l’avoir rescapé avec plusieurs autres compatriotes qui avaient subi le même sort, je me suis dit qu’il pouvait être intéressant de le lire. D’une part, parce qu’il parle d’un domaine que je connais bien (enfin, je pense) et dont il est toujours bien d’en savoir plus. D’autre part, le nom de l’auteur Jacques Bainville, journaliste, historien et essayiste de l’Académie française au XIXème siècle, promettait une lecture à rebondissements.

Alors, qu’en est-il ? Un essai plutôt fluide qui ne nous accable pas de dates historiques (totalement un bon point selon moi), qui revient sur chaque moment de l’Histoire avec ses grands noms qui l’accompagnent. Certaines déceptions et points négatifs sont tout de même à relever. Jacques Bainville propose plus une histoire de la politique qu’une histoire de la France : il décrit chaque guerre, chaque mouvement stratégique des monarques et en oublie totalement de parler du peuple, de la culture française… Je peux te dire qu’au bout de 567 pages, t’en as plus que marre des plans d’attaque français. Et puis, cet enchaînement de guerres dresse un tableau plutôt négatif de la France, à croire que les moments de paix ne sont pas fructueux pour le pays et qu’il ne vaut pas la peine d’en parler.

Aussi, Jacques Bainville était un personnage engagé et dont les partis pris politiques se ressentent souvent dans le livre. Il faut savoir qu’il faisait partie de l’Action Française, mouvement politique nationaliste et monarchiste d’extrême-droite, il ne faudra donc pas s’étonner de faire les gros yeux à certains passages. – Sa vision de la Commune est totalement décriable! -. Bainville ne semble pas chercher à comprendre les évènements, les sociétés, les hommes, mais à les faire entrer dans un récit historique et les figer dans un cadre national et héroïque en en empêchant toute remise en cause.

Enfin, si je t’ai convaincu et que tu comptes le lire au plus vite, par pitié, n’achète pas mon édition, elle est tout bonnement mauvaise. Au bout de six chapitres je ne relevai même plus les coquilles tellement elles étaient nombreuses, sans parler des points qui coupent les phrases en plein milieu alors qu’ils n’ont pas lieu d’être. La reprise de texte n’a pas été faite ou relue sérieusement et cela gâche totalement le plaisir de la lecture.

Je pense que ce livre est intéressant si l’on accepte le parti pris parfois invasif de l’écrivain et que la politique n’est pas une thématique qui nous rebute. Il reste une bonne entrée en matière pour un sujet qu’on ne lit que trop rarement. Grand regret toutefois qui « ruine » ce livre selon moi : on ne parle pas des français alors que ce sont aussi eux qui font la France, non?

Note : 2,5 / 5

Un premier billet

1522_577619022253671_1123798352_n

Cette image a certainement été la raison de ton clic, je le sens, à toi maintenant d’en apprendre un peu plus sur le « Pourquoi du comment de ce blog ». Donc voilà, c’est décidé, je me lance dans la grande aventure du blog littéraire. Ce premier billet m’a fait beaucoup rire-angoisser, j’ai même songé à me renseigner un peu plus sur « Quoi écrire pour un premier article de blog » tellement il a été dur de lâcher prise.

Mais je pense que c’est le mieux à faire. Peu importe si le blog ne sera lu que par ma famille dans les débuts, ce n’est pas la gloire que je recherche. Juste une envie de partager un peu plus mes lectures. Parce que, pour l’instant, seule ma soeur supporte mes achats compulsifs de livres, mes lectures nocturnes sous la couette pour ne pas trop la déranger et mes soliloques sans fin lorsque j’ai un coup de coeur livresque… Une réelle envie de partage à livre ouvert s’est imposé à moi ces derniers temps. Il est donc grand temps que je fasse le premier pas vers toi, Internaute.

En espérant que ce premier billet ne t’aura pas trop rebuté.

Au plaisir de te lire,

Des bisous.